Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les forêts sarthoises refuges des amoureux des grands espaces

par Pascal Corbin 20 Août 2020, 08:48

À pied, à cheval ou à vélo, la forêt se partage aussi entre amis.
À pied, à cheval ou à vélo, la forêt se partage aussi entre amis.

À pied, à cheval ou à vélo, la forêt se partage aussi entre amis.

La Sarthe est le département le plus boisé de la région des Pays de la Loire. À défaut de partir en vacances, les Sarthois se tournent vers les grandes forêts domaniales.
Les forêts domaniales de Sarthe n’ont jamais connu une telle affluence ces derniers mois. À pied, à cheval, en vélo, on prend un plaisir retrouvé à parcourir ces grands espaces de nature et de liberté. Les uns : le nez dans les feuilles et la tête dans les nuages, les autres : le nez dans le guidon en quête d’une performance sportive.
Le premier indicateur de cette hausse de fréquentation provient de Carnuta, musée de l’homme et de la forêt à Jupilles. « Mai et juin, ont été deux mois où au lendemain du déconfinement, le public est venu en masse visiter le matin notre musée puis finir la journée en forêt après un pique-nique entre amis », indique-t-on à Carnuta. « La météo est très favorable aussi et c’est un tourisme local, qui n’a pas souhaité partir, et de départements inattendus. En chiffre, la saison en cours est la même que celle de 2019 avec les étrangers en moins. »
Cette tendance est confirmée aussi par l’Office Nationale des forêts. Hervé Daviau, responsable ONF de l’unité territoriale Sarthe – Mayenne, s’appuie sur les indicateurs de tournées des techniciens forestiers territoriaux. « Après le pic de fréquentation suite au déconfinement, les Sarthois qui ne peuvent ou ne veulent partir, viennent reprendre contact avec la nature. Le second constat vient d’une prise de conscience environnementale, du réchauffement climatique et de l’importance des massifs forestiers. » À l’avenir, d’autres indicateurs pourraient aider à quantifier la fréquentation « En installant des éco compteurs sur les points stratégiques et les sites emblématiques complétés par des enquêtes de fréquentation pour mieux orienter nos investissements d’accueil de public. »
La forêt de Bercé, proche du Mans, serait celle qui profite le mieux de ce constat par rapport aux forêts de Sillé-le-Guillaume et de Perseigne.
Autre point intéressant, les forestiers ne relèvent que très peu d’incivilités. « Grâce à la communication, les visiteurs sont très respectueux des lieux. Il n’y a pas eu de dérapage. »
Avec un certain déficit en termes de précipitation et de très fortes chaleurs relevés ces dernières semaines, l’heure est’il à l’inquiétude à l’ONF ? « Je ne veux pas être alarmiste », indique Hervé Daviau « La pluviométrie annuelle est identique ces dernières années. Mais c’est la répartition dans l’année qui change, il y a moins d’équilibre et nous passons d’un extrême à l’autre. »
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page