La forêt de Bercé au fil du temps : news et info

18 Jul

Les chênes sessiles de Bercé adaptés aux climats futurs

Publié par Pascal Corbin

Les chênes sessiles de Bercé produisent des graines adaptées aux climats futurs selon l’INRAE

Les chênes sessiles de Bercé produisent des graines adaptées aux climats futurs selon l’INRAE

La plantation forestière est un des leviers pour atténuer le changement climatique. L’origine des graines est cruciale pour optimiser le succès de la plantation des arbres et leur adaptation aux climats futurs. Une étude montre des chênes sessiles en provenance de toute l’Europe sont identifiés les meilleures sources de graines de cette espèce. Les chênes de Bercé en font partie.
L'Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) et l’ONF ont mené une vaste étude pendant plus de 30 ans à partir d’une collection d’une centaine de populations de chênes sessiles en provenance de toute l’Europe et réparties sur quatre sites expérimentaux en France pour identifier les meilleures sources de graines de cette espèce. Leurs résultats, publiés dans Annals of forest science, montrent que ce sont les populations d’arbres provenant de régions ayant connu une longue tradition de sylviculture qui ont la meilleure combinaison de caractères écologiques et sylvicoles. Les scientifiques recommandent d’utiliser une trentaine de sources de graines pour la plantation de chênes sessiles en France pour répondre à l’évolution climatique.
« La sécheresse de 1976 a eu pour conséquence une hausse de la mortalité des arbres forestiers, notamment des chênes pédonculés. Ces dépérissements avaient suscité des recherches sur l’adaptation des chênes en général et notamment du chêne sessile, qui demeure l’espèce feuillue la plus plantée en France. L’ONF et INRAE ont joint leurs efforts et réuni une collection de 110 populations de chênes sessiles en provenance d’Europe et de France, et pour cette dernière, sur quatre sites expérimentaux situés dans les départements de la Sarthe, du Cher, de la Nièvre et de la Moselle. Durant trente ans, les scientifiques ont étudié l’évolution des caractères d’intérêt de ces chênes et leur variabilité génétique. L’objectif était d’identifier les meilleures sources de graines pour la plantation de chênes sessiles capables de s’adapter aux climats futurs » , indique l’étude.

L’équipe de recherche a découvert que les chênes présentant le meilleur compromis entre survie, croissance, adaptation aux variations climatiques et forme de l’arbre provenaient de régions ayant connu une longue tradition de sylviculture, remontant parfois jusqu’au Moyen-Âge, comme le Bourbonnais, le Berry et le Bassin de la Loire. En effet dans ces régions, les arbres ont été sélectionnés par l’action de l’homme sur plusieurs générations pour ces caractères.

« Bercé figure dans les provenances testées et fait partie du groupe à bon potentiel de croissance et de forme. Le travail des forestiers au cours des siècles a aidé à capitaliser sur le potentiel dans les grandes chênaies » , indique Nicolas Jannault, directeur ONF de l’agence régionale Pays de la Loire. « Il est certain que la diversité génétique et la qualité des chênes de Bercé rendent cette ressource en graine essentielle pour le futur. »
 

Les chênes sessiles de Bercé adaptés aux climats futurs
Commenter cet article

Archives

À propos

La forêt de Bercé au fil du temps : news et info