La forêt de Bercé au fil du temps : news et info

25 Mar

Un chêne de 350 ans prélevé en forêt de Bercé

Publié par Pascal Corbin

Un chêne de 350 ans prélevé en forêt de Bercé

Opération particulière en forêt de Bercé : un chêne de 350 ans a été prélevé à la Futaie des Clos. Déjà, une seconde vie l’attend.
Vendredi matin, les cieux avaient réservé la plus belle journée printanière et pas un zeste de vent n’est venu perturber les opérations. Au cœur du massif de Bercé, il y régnait même une ambiance religieuse autour de ce chêne qui allait être abattu.
« La Futaie des Clos offre au regard de tous, sur 17,9 ha, une impressionnante futaie cathédrale, relique remarquablement vivante composée de chênes âgés de 270 à 350 ans. Né au temps de Louis XIV, ce peuplement le plus emblématique de Bercé est l’une des plus anciennes survivances de la futaie Colbert au plan national », prévenait Nicolas Jannault, directeur ONF de l’agence régionale Pays de la Loire.
En décembre dernier, un chêne tricentenaire de cette prestigieuse futaie, qui n’avait pas débourré (c’est-à-dire qui n’avait pas produit de feuillage N.D.L.R.) a été proposé lors d’une des ventes annuelles organisées par l’ONF. « Sec pour tout ou partie de son houppier, et avant que son bois, fruit de plusieurs générations de forestiers, ne se déprécie, Sylvabois a fait l’acquisition de cet arbre et va l’exploiter aux côtés de l’ONF. ».
Acheté par l’entreprise (on parle de 13 000 €), ce chêne aux dimensions exceptionnelles sera transformé et valorisé par cette même Sylvabois, spécialisée en grumes de feuillus de haute qualité, dont la merranderie du groupe est située à Fontenille-Saint-Martin-d’Entraigues (79 110), dans les Deux-Sèvres.
« C’est sur nos sites de production que débutera la deuxième vie de cet arbre remarquable : la première longueur de la bille de pied, qui a la caractéristique d’être rouge, sera sciée en plateaux de grosses épaisseurs pour la réalisation de tables uniques, de couleur singulière, de grande longueur et de belle largeur en une seule pièce », soulignait Bertrand Cotreuil, directeur. Le reste de la grume sera transformé en merrains. L’occasion sera donnée à
un des clients tonneliers de Sylvabois, de créer des barriques d’une provenance prestigieuse, d’un seul arbre, symboles de l’excellence à la française.
Cet événement, loin des moindres quand on connaît la réputation de Bercé au sein de la filière forêt-bois, est une occasion idéale de valoriser le travail et les métiers de tous les intervenants : éhoupeur, bûcheron, débardeur, transporteur, acheteur et transformateur, tonnelier et vigneron – et de marquer l’histoire en les associant à cette journée exceptionnelle.
Bertrand Cotreuil, directeur de l’entreprise Sylvabois, a contrôlé l’état du chêne.

Bertrand Cotreuil, directeur de l’entreprise Sylvabois, a contrôlé l’état du chêne.
Bertrand Cotreuil, directeur de l’entreprise Sylvabois, a contrôlé l’état du chêne.Bertrand Cotreuil, directeur de l’entreprise Sylvabois, a contrôlé l’état du chêne.

Bertrand Cotreuil, directeur de l’entreprise Sylvabois, a contrôlé l’état du chêne.

La Futaie de Clos compte 340 chênes tricentenaires
Classée en îlot de vieillissement par l’ONF, la Futaie des Clos compte 340 chênes tricentenaires. Son déclin ne fait hélas que commencer, les forestiers resteront attentifs à l’évolution de ces vénérables vieillards minutieusement… La sécurité des sites naturels fréquentés fait l’objet d’une surveillance accrue par l’ONF : les arbres aux abords des sentiers, pistes, aires de pique-nique sont enlevés lorsque les premiers signes de dépérissement apparaissent. Sur ce site particulièrement fréquenté – la Futaie des Clos est l’un des sites emblématiques du massif – l’ONF y est encore plus attentif naturellement, de par le grand âge des peuplements…
« Cette intervention permet également à ce site d’exception, emblématique de la forêt
domaniale de Bercé, de continuer à accueillir petits et grands dans les meilleures
conditions de sécurité. En effet, un arbre qui n’a pas débourré peut devenir rapidement un danger potentiel lors de tempête (chablis, chute de branches, etc.), d’autant plus quand l’arbre en question fait près de 50 mètres
», confiait Anthony Jeanneau, technicien forestier territorial de l’ONF.

Anthony Jeanneau, technicien forestier territorial de l’ONF.

Anthony Jeanneau, technicien forestier territorial de l’ONF.

Commenter cet article

Archives

À propos

La forêt de Bercé au fil du temps : news et info