Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La chasse aux tabou-rets est ouverte

par Pascal Corbin 10 Novembre 2021, 17:37

La chasse aux tabou-rets est ouverte

Après avoir fourni le bois pour le tabouret de Notre-Dame-de-Paris, l’ONF propose d’emmener chez vous un morceau de la forêt avec un message sur la levée des tabous sur la coupe des arbres.

Il a suffi de suivre les réseaux sociaux après le prélèvement des huit chênes de la forêt domaniale de Bercé à destination de la restauration de la cathédrale Notre-Dame-de-Paris pour comprendre l’attachement de la population à nos arbres, à nos forêts. Les informations provenant de la COP 26 et de la lutte contre la déforestation amplifiant ce ressenti. Plus localement, techniciens, forestiers, débardeurs se font régulièrement interpeller sur ce sujet par des usagers de la forêt.
Mercredi au cœur du massif forestier, l’Office Nationale des Forêts, en partenariat avec Martell & Co, a lancé le projet artistique et atypique Tabou-ret mise en œuvre par le Studio 5.5. Cent tabourets tournés en chêne massif ont été disséminés dans la forêt pour une chasse au trésor qui vise à lever les tabous sur la coupe des arbres.
« Le matériau bois est de plus en plus désiré dans notre quotidien car il représente une ressource adaptée aux enjeux environnementaux auxquels nous devons faire face. Couper des arbres permet de répondre à cette demande, mais soyez rassurés : les forestiers de l’ONF contribuent à faire du bois une ressource renouvelable et écologique indispensable à notre quotidien. La coupe, sujet parfois tabou, souvent assimilée à de la déforestation, est pourtant l’impulsion d’un nouveau départ pour les jeunes semis qui attendent de grandir et de s’épanouir durablement dans une forêt gérée durablement », prévenait Nicolas Jannault, directeur ONF de l’agence régionale Pays de la Loire, lors du lancement de l’opération au cœur de la forêt et face à de nombreuses familles.
« Il faut couper des arbres pour utiliser du bois », prévenait-il « Mi-brute, mi-designée, l’esthétique finale des tabou-rets est volontairement hybride, pour nous rappeler que c’est bien avec des arbres que l’on crée du bois énergie, des meubles, des tonneaux, du bois d’œuvre ou encore des chefs-d’œuvre architecturaux » Au soir de l’inauguration, seule quinze tabourets ont été découverts et authentifiés. Les autres sont toujours dans la nature.

La chasse aux tabou-rets est ouverte
La chasse aux tabou-rets est ouverteLa chasse aux tabou-rets est ouverte

Que faire si vous trouvez un tabouret ?
Vous le trouvez ? Il est à vous. Vous pouvez commencer vos recherches et découvrir le plan de chasse des tabourets depuis le point de médiation installé au Rond de la Croix Marconnay ou au musée Carnuta, maison de l'homme et de la forêt à Jupilles. Cent tabourets ont été produits à partir de chêne massif issu de la forêt domaniale de Bercé. Après avoir été sélectionnées par les forestiers de l’ONF, les grumes sont parties dans Jura dans une entreprise du patrimoine vivant où ils ont été tournés. « La gravure sur l’assise des tabourets, rappelle les marquages ou tampons sérigraphiés que l’on trouve dans le domaine de la tonnellerie. Elle est réalisée au laser pour assurer la traçabilité et résister au temps jusqu’à la découverte de l’objet », prévenait Jean-Sébastien Blanc, désigner du Studio 5.5. Sur présentation de votre tabouret, un certificat d'authenticité qui lui donnera toute sa valeur vous sera délivré gracieusement. Chaque exemplaire porte un numéro unique. Cette identification permet aussi de connaître les tabourets restant en forêt. « Peut-être que certains ne seront jamais trouvés. »

La chasse aux tabou-rets est ouverte
La chasse aux tabou-rets est ouverte
La chasse aux tabou-rets est ouverte
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page