La forêt de Bercé au fil du temps : news et info

05 Oct

A quoi sert le comptage des cerfs bramant à Bercé ?

Publié par Pascal Corbin

A quoi sert le comptage des cerfs bramant à Bercé ?
A quoi sert le comptage des cerfs bramant à Bercé ?
A quoi sert le comptage des cerfs bramant à Bercé ?

Depuis 1993, on compte les cerfs lors du brame. C’est le Groupement d’intérêt Cynégétique de Bercé qui en a la charge. Leurs données sont utiles.
Au beau milieu de la forêt domaniale de Bercé, Florent Posson, président du GIC de Bercé et Cyril Hardouin, son équipier, ont coupé le moteur de leur véhicule. La nuit s’est installée depuis quelques heures et la pleine lune offre une luminosité féerique. Une chouette décide de briser le silence. « Sur notre parcours, c’est un des cinq points d’écoute du cerf bramant et nous sommes là 15 minutes pour avoir une écoute ou non du brame du cerf », prévient le président. « Le fait de rien entendre est une information en soi. Cela veut dire que les biches ont été saillies et qu’à cette date, cela démontre qu’elles sont moins nombreuses qu’il ne faudrait. » Au total, huit équipages reproduisent cette opération sur des circuits prédéfinis.
Le Groupement d’intérêt Cynégétique de Bercé organisait vendredi soir sa dernière soirée de comptage des cerfs bramant. Une opération reproduite chaque année depuis bientôt trente ans et qui informe de manière assez fiable l’évolution de la population des cervidés sur le périmètre de la forêt de Bercé. « Nos comptages, complétés des réflexions et travaux avec les agriculteurs, avec les forestiers et les administrations, nous permettent de proposer des prélèvements par espèces en termes de sexe – âge et répartition spatiale des différentes espèces. Tout cela pour garantir des populations viables et sauvages, pour peupler et donner vie aux territoires dans le respect des cultures et des forêts », Souligne Jean-Louis Hardouin, président d’honneur. Le territoire est vaste et comprend 20 communes qui entourent la forêt domaniale soit 20 000 ha. « Nous représentons 64 groupements d’adhérents qui regroupent environ 900 chasseurs. »
Ces propositions sont évidement bien pris en compte par les différents partenaires telles la Fédération Départementale des Chasseurs de la Sarthe, l’Office National des Forêts, l’Office Français de la Biodiversité, la Direction Départementale des Territoires ainsi que les forestiers privés « et toutes les bonnes volontés et associations que ces travaux intéressent. »
À Bercé, la chasse a démarré depuis le 28 septembre. « Il est évident que si les chasseurs réalisaient leur attribution, il n’y aurait plus d’animaux. À ce jour, ils ne font que 80 % de leur attribution. La chasse est très décriée en ce moment. On le constate avec de moins en moins de jeunes chasseurs. Mais alors qui se chargera de la régulation des animaux ? Qui financera les dégâts occasionnés ? »

Le GIC de Bercé, organise chaque année la Saint-Hubert. Elle devait se dérouler le 21 novembre sur la commune de Marigné-Laillé. La situation sanitaire actuelle ne permet pas de confirmer le maintien de cette manifestation.
 

Commenter cet article

Archives

À propos

La forêt de Bercé au fil du temps : news et info