La forêt de Bercé au fil du temps : news et info

27 May

Les bienfaits insoupçonnés des bains de forêt

Publié par Pascal Corbin

Les bienfaits insoupçonnés des bains de forêt

Promenons-nous dans les bois… Les balades en forêt sont un des grands plaisirs retrouvés du déconfinement. Marcher, c’est bon pour la santé. Le faire au milieu des arbres nous apporterait un bien-être plus grand encore. C’est le principe du « bain de forêt », un concept étudié et reconnu au Japon.

Le bain de forêt, c’est la traduction littérale du « Shinrin-Yoku », pratique consistant à faire des pauses méditatives en forêt, en vogue depuis les années 1980 au Japon. « C’est aller en forêt pour se ressourcer, respirer l’air pur, se retrouver soi-même en profitant du calme de la forêt avec tous ses sens », explique Éric Brisbare, accompagnateur en montagne et sylvothérapeute, auteur d’un livre sur le sujet.

Vue, ouïe, odorat, toucher, goût… « Mâchouiller une aiguille de sapin, c’est un goût explosif en bouche pendant une heure ! », assure le sylvothérapeute. Tous les sens sont mis à contribution, lorsqu’on prend le temps de découvrir l’environnement sylvestre qui nous entoure, « le cocon protecteur que représente la forêt ».
Quels sont les bienfaits de ces moments dans les bois ?

Il a été prouvé par plusieurs études, principalement japonaises, que la forêt nous fait du bien. Elle a un réel effet sur notre santé. Il a été démontré que s’y promener fait notamment diminuer le taux de cortisol, l’hormone produite par notre corps et responsable du stress. « Cela permet aussi d’améliorer le sommeil, de diminuer l’anxiété. Cela joue aussi sur la fatigue, l’humeur, la fréquence cardiaque », énumère Éric Brisbare.Attention, le bain de forêt « ne se substitue pas à un traitement », précise-t-il. « C’est une médecine douce, complémentaire, qui va pouvoir aider à la récupération », après une maladie, explique-t-il.
Comment ça marche concrètement ?

Les arbres produisent des phytoncides. Ce sont leurs molécules de défense. Il s’agit de composés organiques volatiles, aux effets anti-microbiens. Ces phytoncides passent facilement dans nos poumons par les voies respiratoires. Mais d’autres facteurs de bien-être sont à prendre en compte comme l’atmosphère régulée et constante de la forêt, qui favorise notamment le ralentissement du rythme cardiaque.

Si l’on n’a pas de forêt près de chez soi, on peut aussi se promener dans un parc, même si ce n’est pas aussi bénéfique qu’une balade dans de vrais bois. « Mais on peut amener un peu de forêt chez soi, propose aussi Éric Brisbare, avec des huiles essentielles de pin, de citron, des petits arbres, des oreillers rembourrés en feuilles, en épines de conifères… »
Et aussi surprenant que cela puisse paraître, il a été démontré que regarder une photo de forêt a également un petit effet apaisant, assure le sylvothérapeute.

 

Commenter cet article

Archives

À propos

La forêt de Bercé au fil du temps : news et info