La forêt de Bercé au fil du temps : news et info

15 Oct

Une glandée moins importante cette saison

Publié par Pascal Corbin

Anthony Jeanneau, agent patrimonial de l’ONF, organise et contrôle la cueillette des glands.
Anthony Jeanneau, agent patrimonial de l’ONF, organise et contrôle la cueillette des glands.

Anthony Jeanneau, agent patrimonial de l’ONF, organise et contrôle la cueillette des glands.

Les changements climatiques auraient-ils un effet sur la cueillette des glands en forêt de Bercé ? Quantité et qualité ne sont pas au rendez-vous cette saison.
La forêt de Bercé est composée de deux types de chêne. Le chêne pédonculé et le chêne sessile. Le premier est taillé pour le bocage et nécessite un sol plutôt riche. Il produit un gland à forme allongée, proche de celle d’un cylindre. Alors que le chêne sessile est un véritable arbre forestier. Il produit des fruits à la forme voisine de celle d’un œuf et plus large à la base. Ce sont les fruits de ce dernier que l’Office National des Forêts organise depuis plusieurs années, une récolte. Il y a bien eu une tentative de mécaniser cette cueillette mais la main de l’homme reste bien plus précise pour récolter ces fameux glands. Et une nouvelle fois, cette glandée n’est pas très bonne.
« L’an dernier, il y avait quantité mais pas qualité. Bon nombre de glands étaient véreux.
Cette année, il n’y a ni quantité, ni qualité. En cause, un hiver trop doux et un printemps
trop chaud. Certains insectes n’ont pas été tués naturellement par le gel.
» Détaille Anthony Jeanneau, agent patrimonial de l’ONF.

Du coup, le partenaire habituel de cette opération, Vilmorin, n’a pas été convié. « Nous faisons appel aux Maisons familiales rurales sarthoises et ce sont les élèves de ces écoles qui ramassent les glands. Elles financent ainsi des projets pédagogiques ou des sorties scolaires. » Pour cet automne, seulement 10 000 à 12 000 litres seront cueillis.
« Chaque soir au local technique, la récolte est contrôlée et la production est expédiée dans des sacs scellés avec certificat de provenance à la sécherie de la Joux à Supt, dans le
Jura où ils seront une nouvelle fois contrôlés.
» Très prisés, les plants de Bercé, seront ensuite conditionnés puis acheminés chez des pépiniéristes privés.
On pouvait penser que les grandes quantités de glands ramassées en forêt de Bercé permettraient la régénération de nombreuses forêts françaises. Pas du tout. La réglementation est très stricte en France et ne permet pas d’exporter, sauf dérogation, une certaine qualité reconnue au-delà des frontières de la région. On pourra donc retrouver dans les forêts bretonnes ou encore dans le Perche des chênes issus de Bercé.
 

Commenter cet article

Archives

À propos

La forêt de Bercé au fil du temps : news et info