Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le vallon de l’Hermitière sous microscope

par Pascal Corbin 4 Juillet 2016, 08:22

L’Office Nationale des Forêts a lancé une vaste étude sur le fonctionnement biologique du vallon
de l’Hermitière en forêt domaniale de Bercé. Hêtres et chênes, régénérés sous l’aire de Napoléon 1er, devaient progressivement disparaître. Entretien avec Laurent Tillon, chargé de mission faune biodiversité à la direction de l’ONF de Paris.
Quelle est l’origine de cette étude ? L’an passé, ont été lancées quelques coupes de bois sur le vallon de l’Hermitière, site culturel et historique de la forêt domaniale de Bercé. Des associations de protection de l’environnement nous ont interpellé. Elles s’interrogeaient sur l’impact que cela pouvait avoir sur le fonctionnement écologique du site et sur la biodiversité de manière globale.
Nous nous sommes effectivement interrogés et donc avons suspendu les coupes pour
s’intéresser à la biodiversité de ce site ultrasensible.
Que comportent précisément vos analyses ? Avec le soutien de Sarthe nature environnement, nous avons lancé une grosse investigation sur la biodiversité de ce secteur-là. Notamment, pour essayer de comprendre le fonctionnement écologique du vallon de l’Hermitière. Le contexte est particulier avec de vieux arbres, très hauts et une ambiance très forestière. On a voulu comprendre ce qui se passait sur le plan géographique sur l’axe de circulation de la biodiversité en tenant compte du goulot d’étranglement qui marque le secteur de l’Hermitière. Il fallait travailler autour de ce secteur-là pour savoir comment ça circulait.
On a eu trois focus en termes de recherche : la description des habitats et fonctionnement
écologique en habitat forestiers en tant que tel. Puis une étude sur les bryophytes (petite mousse) et des lichens. Ces deux végétaux sont de très bons indicateurs sur la qualité de notre
environnement. Le 3e groupe étudié étant les chauves-souris. Ces espèces sont très
dépendantes de la structure de la forêt. Alors qu’elles peuvent aller à plusieurs kilomètres, elles
sont très attachées à la structure de la végétation. Cela nous donne un indicateur la manière
comment circule la faune.
Qu’attendez-vous de cette étude ? Le grand enjeu de l’étude est de comprendre comment cela s’organise pour savoir ce que l’on peut faire, ce qu’il faut faire, ce qu’il ne faut pas faire, tant vis-à vis de la biodiversité que de l’ambiance forestière.

Vers une valorisation de l’étude menée

Neuf experts ont été dépêchés pour l’étude sur le fonctionnement biologique du vallon de
l’Hermitière en forêt domaniale de Bercé. Du jamais vue en France notamment sur l’étude des
chauves-souris. L’investigation démarrée au printemps, elle devait durer quelques semaines. Les experts ont accumulé une masse d’informations et de données telle qu’elle s’étendra jusqu’à la fin de l’été. « Les associations voient cette étude d’un bon oeil et se montrent impressionnées du travail mené. » Indique Christophe Rollier, correspondant environnement auprès de l’agence des Pays de la Loire. « On va faire une grosse campagne pour montrer que l’on est loin d’avoir à rougir de ce qui est fait. Nous comptons le valoriser et montrer que l’on prend en compte l’environnement et que cela fait partie maintenant de notre gestion. »

Le vallon de l’Hermitière sous microscope
Le vallon de l’Hermitière sous microscope
Le vallon de l’Hermitière sous microscope
Le vallon de l’Hermitière sous microscope
Le vallon de l’Hermitière sous microscope
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page